Génération X, puis Y, puis Z… Ou la reconquête du sens perdu ?

CanardNos ados vont-ils sauver le monde ?  Cela se pourrait bien !

Et l’évolution du rapport au travail en est l’un des leviers majeurs, car elle amène plus globalement à envisager la vie autrement.

Générations X, Y, Z se sont succédées, chacune apportant sa part de fraîcheur et d’innovation, mais voyons d’abord à quel moment de cette mutation vous vous situez afin de mieux comprendre la profonde transformation en cours …

Vous ne savez pas de quelle génération vous êtes ?, pour le savoir, dites-moi votre âge :

  • Vous avez entre 35 et 50 ans ?, vous êtes dans ce que l’on appelle la Génération « X« 
  • Vous avez entre 20 et 35 ans ?, vous faîtes partie de la Génération « Y« 
  • Vous avez moins de 20 ans ?, vous êtes Génération « Z« 

Vous voilà situé. Si vous le voulez bien, à présent regardez ce court reportage qui, en moins de 5 mn, vous expliquera comment le rapport au travail évolue depuis l’arrivée sur le marché du travail de la génération « Y » et va continuer de le faire grâce aux adolescents sur le point d’entrer dans l’âge adulte.

Vous comprendrez alors sûrement mieux votre propre attitude ainsi que celle des personnes qui vous entourent et ne sont pas de la même génération que vous.

Vous verrez que la valeur « Travail« , autour de laquelle l’existence humaine s’organisait jusque-là, s’est faite détrônée par la recherche de l’épanouissement personnel des nouvelles générations, au nom de laquelle un nouvel arbitrage s’effectue, en faveur d’un meilleur équilibre entre les différents domaines de vie.

Cliquez ici pour voir le reportage maintenant…

Les jeunes questionnent plus que jamais le sens du travail et cette évolution des consciences au fil des générations entraîne des bouleversements profonds dans notre façon de regarder la notion de réussite.

jeune-femme-plage

Aujourd’hui, on ne désire plus « réussir dans la vie« , mais « réussir sa vie« , et cela n’est pas seulement conditionné au choix d’une carrière compatible avec son tempérament et ses potentialités, mais à d’autres notions comme l’équilibre vie privée / vie pro,  le rapport  contraintes / loisirs ou encore le ratio confort matériel / liberté de son temps.

Il est donc question de remettre à l’activité professionnelle à sa juste place : de la même manière qu’il convient de manger pour vivre et non de vivre pour manger, la génération Y semble prête à cesser de vivre pour travailler et de choisir de travailler pour VIVRE. Elle souhaite prendre LE TEMPS DE VIVRE.

En faisant de vivre et non de travailler (consommer) la priorité de nos priorités, nous réhabilitons des besoins différents comme celui d’être en contact avec son ressenti intérieur, le besoin de lien avec les autres, de connexion avec la nature, le beau, la sensibilité, l’intuition, la créativité et la spiritualité.

Bien sûr, cela nécessite des renoncements : sans doute vivre dans un logement moins grand, sans doute aussi garder sa vieille voiture ou ses vieux meubles plutôt que d’en changer, sans doute renoncer à acheter des objets de marques ou des nouveaux vêtements à la mode (surtout que notre penderie contient bien souvent déjà tout ce dont nous avons besoin !), sans doute même avoir moins d’enfants (mais mieux), bref repenser sa vie et globalement lâcher avec le besoin de reconnaissance sociale associé à la possessions de biens et aux anciens « (pseudo-)critères de bonheur ».

Relever le défi de « VIVRE » va aussi passer à mon sens par s’affranchir des notions modernes de performance et d’excellence pour entrer dans un nouveau paradigme où l’individualisme, la compétition et la recherche de compétitivité seront avantageusement remplacées par la conscience de notre interdépendance, l’entraide & le partage des ressources et une productivité raisonnée.

C’est donc assurément moins consommer et redéfinir ses choix de vie… S’engager dans cet « Eloge de la modération » que prône Pierre Rabhi, et connaître ce qu’il appelle une « heureuse sobriété », c’est-à-dire une nouvelle façon de vivre où l’humain peut de nouveau être au coeur de son existence.

Pour les jeunes d’aujourd’hui, sortir de cette société qui se meurt de ses excès, en finir avec cette quête sans fonds de désirs qui excèdent nos possibilités de les assouvir et ne mène finalement qu’à l’ennui et au désabusement, semble offrir un réel espoir de retrouver un sens à la vie d’adulte qui les attend.

image-dessin-enfants-qui-sautentJe me réjouis pour ma part que les nouvelles générations aient aujourd’hui le courage de repenser leur existence, plutôt que de reproduire un système – celui de l’illusion du « toujours plus » – qui a montré toutes ses limites et est condamné à exploser d’ici moins de deux décennies.

Oui, j’ai personnellement hâte de voir advenir ce nouvel art de vivre basé sur nos besoins authentiques et profonds, plus juste, plus équilibré, et soit le dit en passant, également plus respectueux des ressources de la planète tout comme des autres espèces  y vivant.

Comme l’a dit Saint-Exupéry, « nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants ». Alors, et si nous écoutions la sagesse de ces derniers ?

Joyeusement,

Carole M-G.

(Génération Y ;-))

 

P.S : Vous avez aimé cet article ? Merci de le partager sur les réseaux sociaux et même, si le coeur vous en dit, de déposer un commentaire ci-dessous… Je vous lirai et répondrai avec joie ! <3

P.P.S : Pour poursuivre votre exploration, je vous recommande aussi l’article suivant : http://www.latribune.fr/journal/edition-du-0705/editos-et-opinions/414132/eloge-de-la-moderation.html et bien sûr la lecture de l’ouvrage de Pierre Rabhi : « Vers la sobriété heureuse », aux Éditions Actes Sud.

 

CAROLE MELOSI-GROSSET
Happy Life Designer

Coach de Vie / Thérapeute de Couple
Auteur, Conférencière, Formatrice

Spécialiste du Bonheur Personnel & Amoureux
Experte en Gestion du Stress & des Emotions

The Happy Me

Pour être Vous… Juste en plus heureux !

Retrouvez-moi aussi sur Facebook ! même si vous n’êtes pas un(e) geek(ette), car ma page est en libre accès.

Vous y trouverez de quoi développer votre aptitude à savourer la Vie et cultiver votre bonne humeur au quotidien, pourrez y suivre l’actu du Cabinet, et profiter de « bons plans » concernant les conférences, sorties de livres, stages, etc… à Paris et autour de notre jolie planète :www.facebook.com/CabinetEnmouvementS

Et rejoignez la communauté des fans de The Happy Me en likant la fanpage du blog ! <3 Merci pour votre soutien et à tout de suite…

  1 comment for “Génération X, puis Y, puis Z… Ou la reconquête du sens perdu ?

  1. 12 mars 2016 at 10:20

    Faisant partie de la Génération Y, je tiens à témoigner… en quelques mots. Tout ce que décrit Carole dans cet article, je le vis au jour le jour. Ce que je recherche dans ma vie (professionnelle, personnelle, ma vie donc), c’est du sens. Aujourd’hui, ce que je fais, vis, pense, dis, écris, exprime, partage a du sens pour moi. Et personne (ou presque) d’autre que moi ne peut savoir ce qui a du sens pour moi. C’est donc à moi d’aller chercher en moi, dans mes ressources, dans mon cœur… et de laisser sortir ce sens sous tous ses états pour le rendre utile aux autres, à la société. Merci Carole d’écrire noir sur blanc ce que d’autres pensent et ressentent aussi, c’est précieux. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *