Etes-vous hypersensible ?

FéerieLes récents événements à Paris auront particulièrement heurté les plus sensibles d’entre nous, et encore plus, les personnes dites « hypersensibles ».

Mais d’abord, hypersensible, çà veut dire quoi au juste ?

Vous êtes sans doute nombreux à avoir déjà entendu ce terme, mais sans vraiment savoir ce qu’il recouvre.

Delphine Ville, journaliste spécialiste de l’hypersensibilité à laquelle j’ai récemment donné une interview sur le sujet, vient justement de sortir « le Guide de l’Hypersensibilité dans le monde moderne »*, auquel j’ai participé. Elle nous y offre un recueil de regards croisés sur la question.

Cette actualité m’a donné envie de vous partager ici un peu de ma vision sur ce sujet délicat.

L’hypersensibilité, kézako ?

Les personne hypersensibles vivent leurs émotions de manière exacerbée.

Elles prennent les choses très (trop) « à coeur » et ont le plus grand mal à ne pas prendre les choses personnellement. Elles se sentent remises en question en tant que personne, ne se croient plus aimées, voire s’estiment rejetées, lorsque quelque chose leur ait reproché.

Cette hypersensibilité se manifestent aussi au niveau sensoriel, et donc à l’égard du bruit, de la lumière,  des odeurs, etc… Leur empathie est sur-développée ainsi que la réceptivité de leur enveloppe corporelle. Elles apprécient donc particulièrement toute forme d’attention qui leur ait donnée : les services rendus, les compliments, les massages. Toutes les marques de reconnaissance leur vont droit au coeur.

Elles sont donc à « fleur de peau »  au sens propre comme au sens figuré.

Ce côté « à vif », pour ne pas dire « écorché vif », peut nuire grandement à leur joie de vivre, à leur bonheur amoureux et/ou familial, ainsi qu’à leur épanouissement professionnel car être aux prises de ses émotions nous rend extrêmement vulnérable, et en quelque sorte nous fait être à la merci, sur le plan de notre état intérieur, du comportement de l’entourage.

emotions-300x236

Les personnes hypersensibles ont en revanche pour elles une grande capacité d’émerveillement, qui leur permet d’apprécier ce qu’elles ont plus facilement que les autres, de se réjouir, de trouver de la magie dans tout : une parole ou un geste tendre, la nature, les décorations de Noel,…

Elles sont particulièrement enthousiasmées par les ambiances s’inspirant de symboles ou d’univers féeriques. Elles ne supportent aucune violence même lorsqu’il s’agit de fiction.

Elles ont une préférence pour le cerveau limbique (ou cerveau droit), qui est le siège des émotions, du lien aux autres, de l’imaginaire, de l’intuition.

Esthètes, elles ont le sens du détail, aiment la perfection et mettent beaucoup d’amour et de soin dans ce qu’elle font, beaucoup de conscience professionnelle dans l’exercice de leurs fonctions.

Leurs zones de génie sont la création artistique et les relations humaines. Elles ont le don de créer de la beauté et de pouvoir accueillir la souffrance des autres avec une infinie bienveillance et sans aucun jugement. Elles peuvent êtres d’excellents accompagnants si, avant d’aider les autres, elles se sont aidées elles-mêmes, en soignant leurs propres blessures.

On trouve énormément d’hypersensibles parmi les artistes, car l’art est un moyen pour ces personnes de sublimer leur hypersensibilité. La sublimation étant un mécanisme de défense, elles vivent alors mieux leur extrême vulnérabilité, même si leur art ne leur permet pas pour autant de la guérir.

L’hypersensibilité : acquise ou innée ? 

Au travers à la fois de mon cheminement personnel et de ma pratique clinique de la psychothérapie et du coaching de vie pendant ces onze dernières années, mes conclusions diffèrent significativement de celle de la psychologue américaine Elaine Aron, qui considère l’hypersensibilité comme innée.

Je crois personnellement qu’une personne « naissant hypersensible », ne l’est qu’en raison de traumas issus de son vécu intra-utérin ou encore de mémoires transgénérationnelles héritées. Je ne crois pas en une hypersensibilité intrinsèque, donc à quelque chose qui serait un véritable trait de caractère. Si la sensibilité est naturelle chez l’être humain, – et c’est en grande partie ce qui fait sa richesse ! -, je ne pense pas que ce soit le cas de l’hypersensibilité. Cette dernière est pour moi le résultat d’une fragilisation psychologique, c’est-à-dire le fruit de blessures passées (dont l’origine peut être consciemment connue de nous ou pas). Possible

Il me semble d’ailleurs problématique de croire que l’on « est » comme çà, sans quoi l’on peut toute la vie être enfermé dans cette étiquette qui devient alors un frein majeur, et même LE frein majeur à notre évolution. Je constate que la plupart du temps le regard que nous portons sur nos blessures est au final plus déterminant et plus pénalisant que nos traumas eux-mêmes. Freud a dit trouver que ses patients étaient bien souvent plus attachés à leurs symptômes qu’à eux-mêmes ! L’identification à nos maux, en induisant un attachement à ces derniers, finit hélas par nous empêcher de nous en libérer.

Bref, se croire hypersensible d’une façon qui serait structurelle, peut à mon sens vite devenir l’affreux piège qui nous empêche pour toujours et à jamais de prendre la responsabilité de notre fragilité. Je trouve fortement regrettable et dommageable de se cacher, et ce parfois toute une vie, derrière quelque chose qui est certes douloureux mais réversible. Etre fragile n’est pas une fatalité et on peut y remédier grâce à un travail sur soi accompagné par un professionnel aguerri de la transformation personnelle.

Se réparer pas à pas : De la fragilité à la sensibilité

Ce travail passe par 4 étapes :

  • La première étape est d’abord d’accepter son hypersensibilité
  • La deuxième étape est de la comprendre en dépliant son histoire afin d’identifier les événements-« racines » ayant créé le terrain hypersensible
  • La troisième est d’accepter de lâcher cette hypersensibilité (à cette image de nous à laquelle on a pu finir par s’attacher comme vu plus haut)
  • La quatrième est de traiter les blessures ayant forgé notre l’hypersensibilité avec des outils psycho-thérapeutiques adaptés

New You

Le traitement peut être plus ou moins long selon les « dégâts », mais avec un engagement personnel fait de courage et d’une implication sincère, les résultats sont spectaculaires et définitifs. Parole d’ex-hypersensible ! 😉

Tel le phoenix qui renaît de ses cendres, c’est alors une véritable renaissance : on accouche enfin de soi-même et l’on se découvre autre, ou plus exactement on redevient qui l’on était vraiment !

Contrairement aux idées reçues, les artistes apaisant leurs souffrances verront leur talent créatif rester intact, et même se déployer, avec une maturité et une intensité sans égal, soutenu par leur élan vital nouvellement libéré.

En fait, toutes les qualités propres aux personnes hypersensibles restent des ressources toujours à leur disposition à l’issue du travail effectué. Elles se délestent de leur fragilité et non de leur sensibilité, c’est-à-dire se délivrent de ce qui les faisait souffrir et non leur capacité à ressentir et à s’émouvoir de la beauté du monde.

Cela peut parfois être un sacré chantier mais c’est une magnifique opportunité de développement personnel dont on peut ensuite très très fier, et çà, en plus c’est bon pour l’estime de soi ! 😉

Alors, prêt(e) à prendre soin de vos vulnérabilités et à retrouver votre force intérieure véritable ?

Joyeusement,

Carole M-G.

*Vous pouvez vous procurer l’ebook de Delphine Ville en cliquant ici !

Retrouvez aussi Delphine Ville et ses articles spécialisés sur l’hypersensibilité  sur son blog : Ame & Conscience

 

  2 comments for “Etes-vous hypersensible ?

  1. Sandra
    2 décembre 2015 at 9:40

    merci d’avoir écrit un article rien que pour moi Carole 😉

  2. 3 décembre 2015 at 1:15

    Merci Carole pour ce très bel article qui me va droit au cœur (cf. toutes les marques d’affection sont les bienvenues!)! Je savais bien que mon cerveau droit bouillonnait plus que l’autre… 🙂 A bientôt pour de nouvelles aventures sensibles et artistiques! La vita è bella!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *