Et si nous avions tout faux avec les enfants ?

14172074« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit,

mais une source que l’on fait jaillir »

(Maria Montessori)

Personnellement, j’en ai toujours eu l’intuition (même si j’ai rarement rencontré l’adhésion de mon entourage) et j’ai eu l’occasion d’en avoir confirmation : nous n’avons pas à « élever » les enfants. Ils ne sont pas des petits sauvages à qui l’on doit tout apprendre, mais des êtres éveillés qui possèdent déjà tout en eux, et dont il convient simplement de préserver l’immense potentiel.

Notre seul (mais immense) rôle est pour moi de les aimer inconditionnellement afin d’honorer et faire s’épanouir ce qu’ils sont.

Nous ne devons pas être pour eux des « parents » (des sachants qui leur apprennent la vie) mais des accompagnants (des adultes responsables et bienveillants qui les respectent, les écoutent et répondent à LEURS besoins).

Pourtant, force est de constater autour de moi et dans mon quotidien professionnel de thérapeute & coach en guidance parentale que la plupart des gens sont prêts à tout pour leurs enfants… sauf à les laisser être qui ils sont.

enfants

Dans le prolongement, j’ai toujours pensé que les enfants n’avaient pas besoin de professeurs qui leur « enseignent » mais de facilitateurs qui les aident, les encouragent, et les valorisent.

Un homme, André Stern, a pu grandir dans ce respect là, car les deux êtres qui lui ont donné la vie étaient des êtres conscients… Cette conscience les a amenés à laisser grandir leurs enfants librement. Sans les « éduquer » au sens traditionnel du terme, c’est-à-dire tel qu’on l’entend dans l’inconscient collectif. Et sans les scolariser.

Beaucoup de personnes, et particulièrement en France, ont peur de la liberté, car ils la confondent à mon sens avec l’anarchie. La liberté n’est pas l’anarchie. La liberté est simplement le respect du rythme naturel du développement de l’enfant, la préservation de sa capacité d’émerveillement et la création des conditions de son accès non limité aux multiples ressources dont il est naturellement doté.

La vidéo qui suit raconte l’histoire d’une enfance heureuse, celle d’un être humain comme un autre, mais qui a grandi sans des personnes prétendant savoir mieux que lui ce qui était bon pour lui sous prétexte qu’ils étaient plus « grands », l’histoire d’un enfant qui a pu vivre sa vie d’enfant sans rapport de hiérarchie, sans évaluation, sans compétition, sans programme préétabli, l’histoire d’un enfant qui a juste pu ETRE et VIVRE.

Son témoignage bouleverse toutes nos certitudes. Mais alors… Et si nous nous trompions depuis le début ? Grrr… Cela fait froid dans le dos.

Et si en fait, au lieu de leur donner les meilleures chances de réussir leur vie d’adulte comme nous pensons le faire avec le système éducatif actuel, nous saccagions (bien malgré nous) les enfants ? Et si le système en place, bien loin d’éveiller et de stimuler positivement l’enfant l’abrutissait et lui faisait perdre confiance en lui ?

Si tel est le cas, n’est-il pas grand temps de cesser de faire fausse route afin d’arrêter le massacre collectif prodigué en toute bonne (in)conscience ? N’y a-t-il pas urgence de tirer la sonnette d’alarme et repenser notre façon de traiter les êtres que nous mettons au monde ?img_74939

Les tristes chiffres ne font que confirmer le décalage douloureux entre l’éducation proposée aux enfants à la maison comme à l’école et leurs besoins essentiels.

Les enfants et les adolescents connaissent, en France, un mal-être dont l’ampleur frappe l’Unicef. Pour la deuxième année consécutive, le Fonds des Nations unies pour l’enfance a mené partout dans le pays une vaste étude auprès des 6-18 ans et près d’un enfant sur deux a exprimé vivre deeleve-qui-s-ennuies tensions avec au moins l’un de leurs parents, et parfois avec les deux.

L’ennui scolaire chez les jeunes est extrêmement fréquent, et est cause d’échec, d’isolement, et parfois de violence contre soi et/ou les autres.

Selon un rapport de l’OMS, la dépression est aujourd’hui la première maladie des adolescents !!!20217 Depression-

Le nombre de suicides de mineurs ne cesse d’augmenter depuis les années 70, et à présent, ce sont près de 1 000 décès d’adolescents par suicide par an, pour 80 000 tentatives.

Le suicide représente de ce fait 15% du total des décès, ce qui en fait la deuxième cause de mortalité chez les moins de 20 ans, loin derrière les accidents de la circulation.ado en dépression

Ne devons-nous pas réagir ? N’avons-nous pas le devoir d’entendre leur souffrance ?

 

 

Seuls des enfants dont on respecte la personnalité, les goûts, le rythme et la singularité pourront être heureux, et seuls des enfants heureux pourront devenir des adultes heureux.

Ne méritent-ils pas que nous leur donnions cette chance et cette perspective ?petite fille150107_ra4ih_enfant_joie_bonheur_sn635

Tout le monde n’a certes pas les moyens de rester à la maison avec son enfant en permanence pour le laisser être, ni la compétence de le guider avec bienveillance dans ses apprentissages spontanés, mais si vous êtes parent et que tout cela résonne et sonne juste en vous, sachez que des alternatives existent.
la-selection-originale-de-mytoys-fr-10505739aavxa_2041child-1031907__180les-secrets-des-enfants-heureuxc0bc57cc4dcda8b942c689e3a57a28_w549_h365_cpDes écoles comme Steiner ou Montessori ont depuis déjà longtemps une autre façon d’appréhender l’accès au savoir, et plus récemment, des initiatives personnelles et engagées comme celle de Séverine Vaissière (ci-dessous)…

… ou de Céline Alvarez (ci-dessous) proposent une école « autrement », basée sur une observation attentive et une écoute profonde des besoins des enfants et de ce qui favorise leur réussite et leur épanouissement.

A Paris, Ramin Farhangj a récemment créé l’Ecole Dynamique, une micro-société démocratique libérée des programmes scolaires, des emplois du temps et des classes d’âges, où les enfants sont libres de faire leurs propres choix concernant leurs apprentissages et tous les autres domaines de la vie…

J’aurais pour ma part adoré être la soeur d’André Stern ;-), faire partie des enfants de la classe de Séverine ou de Céline, ou encore aller à l’école de Ramin… (Mais je n’aurais pas écrit cet article :-))

Est-ce que vous aussi ?1335749400

S’il est trop tard pour vous, il ne l’est peut-être pas pour vos enfants. Ils ne sont peut-être pas, eux, condamnés à subir à leur tour un système inhumain qui les broie à longueur de journée et ne les prépare à rien d’autre qu’à être des adultes identiques aux enfants qu’ils auront été : soumis, insécures et malheureux…

Et si nous y réfléchissions sérieusement ? Et si nous agissions, enfin !

Ne soyez pas effrayés par la tâche, cela peut commencer par un tout petit pas, comme changer le regard qu’on leur porte chaque matin au réveil, et chaque soir lorsqu’on les retrouve…

Les voir comme des personnes à part entière, différente de nous, sur lesquels nous n’avons aucun droit, intelligentes, et dont il nous incombe de respecter l’intégrité physique et psychique, tout comme nous en avons le devoir vis à vis de n’importe qui.

Avec_mes_enfants

Je vous laisse avec ce court extrait qui m’a personnellement beaucoup aidée à méditer sur le sujet :

« Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles du désir de la Vie pour elle-même.
Ils viennent à travers vous mais ne viennent pas de vous.
Et bien qu’ils vivent avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais non vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez héberger leurs corps, mais non leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de l’avenir, que vous ne pouvez visiter, même en vos songes.
Vous pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais ne cherchez pas à faire qu’ils vous ressemblent,
Car la vie ne revient pas sur ses pas, ni ne demeure dans le passé. »
(Kahlil Gibran, Le Prophète)

Avec le coeur,

Carole Mélosi-Grosset.

P.S : Un grand merci à Sabrina pour ses recherches et sources d’information de grande qualité.

 

CAROLE MELOSI-GROSSET
Happy Life Designer

Coach de Vie / Thérapeute de Couple
Auteur, Conférencière, Formatrice

Bonheur Personnel & Amoureux, 

Guidance Parentale & Familles Recomposées

Communication, Gestion du Stress & des Emotions

 

The Happy Me

Pour être Vous… Juste en plus heureux !

Retrouvez-moi aussi sur Facebook ! même si vous n’êtes pas un(e) geek(ette), car ma page est en libre accès.

Vous y trouverez de quoi développer votre aptitude à savourer la Vie et cultiver votre bonne humeur au quotidien, pourrez y suivre l’actu du Cabinet, et profiter de « bons plans » concernant les conférences, sorties de livres, stages, etc… à Paris et autour de notre jolie planète :www.facebook.com/CabinetEnmouvementS

Et rejoignez la communauté des fans de The Happy Me en likant la fanpage du blog ! <3 Merci pour votre soutien et à tout de suite…

  6 comments for “Et si nous avions tout faux avec les enfants ?

  1. Sabrina
    24 mars 2016 at 10:38

    Merci Carole pour cet article de qualité 😉
    Tu sais déjà que je partage ton avis sur la question de l’enfant et de l’éducation.

  2. 25 mars 2016 at 12:28

    Pour avoir fait « l’école à la maison » (= n’avoir RIEN mis en place de scolaire à part vivre ensemble et nous amuser) pendant 2 ans avec mes 3 enfants de 3, 4 et demi et 6 ans, et avoir expérimenté la LIBERTE de fonctionner en-dehors de ce que l’on nous « vend » comme obligatoire (seule l’instruction l’est, pas l’école), je remercie mes enfants et moi même d’avoir fait le choix d’explorer des possibilités différentes, tellement créatives, où chacun d’entre nous peut être Qui il est, parents inclus ! Après une année d’école classique et ô combien limitative, nous mettons le cap à la rentrée prochaine sur une école Montessori, avec apprentissage personnalisé adapté à l’enfant (et pas au maître ou au système). Etre celui qui veille à l’épanouissement des enfants en tant qu’être (et non en tant que faire-humain), est juste un cadeau magnifique ! Oui, il est possible d’utiliser sa CONSCIENCE !!!!!! merci pour cet article !

  3. Anne
    30 mars 2016 at 12:18

    Oui bien sûr, j’aimerai pouvoir les inscrire dans une école Montessori… Mais je ne peux pas…
    Juste un « bémol » SVP. Je trouve tout cela plutôt culpabilisant, et au risque de tomber dans le stéréotype, être parent est le « métier » le plus difficile au monde… Faire de son mieux, accepter et reconnaître ses erreurs auprès de nos anges adorés est le plus important à mon sens… le plus « apprenant » après l’amour bien sûr <3

  4. Noelle V.
    12 avril 2016 at 10:18

    J’adore cet article que je vais envoyer par mail et partager sur FB…
    Arrivée au collège ma fille se disait, chouette ma vie va changer..Sa vie n’a pas changé. Arrivée au lycée, elle s’est à nouveau dit chouette ma vie va changer.. Sa vie n’a pas changé. Son père et moi lui avons dit « passe ton bac » et après ça ira mieux, tu verras la fac, la vie d’étudiant, c’est chouette.. Cette année, elle est arrivée à la fac, sa vie n’a pas changé, et elle se demande quand est-ce que tout ça va enfin s’arrêter, cette inutilité, cet ennui, cet étouffement, ce boulot qui n’arrête jamais. Elle n’a plus envie, alors elle s’est arrêtée de bosser, elle passera ses examens, juste pour finir l’année, mais sans stress, et après on ne sait pas. Je me dis qu’en lâchant le système, elle pourra enfin se connaître pour savoir ce qu’elle a envie de devenir, parce que dans le système, elle n’a pas eu le temps de s’occuper de ses rêves… Quant à mon fils, à peine arrivé en 2de générale, il n’a de cesse de dire qu’il veut être déscolarisé, qu’il s’ennuie en classe… pour l’instant nous essayons de le garder dans le système.. Je pense que le système scolaire va devoir changer, les enfants d’aujourd’hui ne vont pas supporter le couvercle sur leur tête qui les empêche de grandir..

  5. Laurence
    19 avril 2016 at 3:54

    Merci Carole, formidable ce témoignage d’André Stern, peut être dans une autre vie…
    Ce poème de Khalill Gibran est un de mes préférés, il m’a beaucoup guidée…
    Merci de la part de mon enfant intérieur de 54 ans, qui est très enthousiasmée par ton blog 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *