Cà y est, c’est reparti pour un tour… Mais comment s’éviter un BURN-OUT cette année ?

LE DIEU TRAVAIL…cage esprit

Cà y est, la Rentrée 2015 : Check ! Pliée !

Je préfère vous prévenir, à un moment où tous mes amis les master-coachs en motivation et autres (gentils) gourous du développement de la performance y vont de leur méthodes méga-boostantes pour une reprise pro explosive, je vais être à contre-courant. Mais tant pis, j’ai fait le voeu d’honnêteté quand j’ai créé ce blog, alors j’assume ! 🙂

Permettez-moi de vous faire une confidence en cette période souvent propice aux nouvelles résolutions professionnelles, et ce, avant que vous ne vous fixiez dix-huit mille objectifs très ambitieux et repartiez pour un tour au galop, au risque de vous tuer la santé 🙁

Une confidence donc, qui pourrait vous inspirer une réflexion salvatrice : Au début de l’année, j’ai une eu révélation ! Et cela grâce à un simple petit texto. En voici la teneur :

(moi) – « Aussi fou que cela puisse paraître, je n’ai pas une seule dispo pour un déj avant le 09 novembre », écrivais-je à une amie début août. « J’ai éventuellement un point d’interrogation sur le 26 octobre car j’attends une confirmation. Je te le dis au plus tôt si le créneau vient à se libérer … Je suis vraiment désolée que cela reporte à aussi loin. »

(une amie) –  « Je comprends », m’a-t-elle gentiment répondu. Puis, « Le travail nous prend tout notre temps », a t-elle conclu comme s’il s’agissait là d’une fatalité.

Ses mots résonnent encore dans ma tête.  Comment cela se faisait-il que je ne pouvais débloquer deux heures pour voir une amie chère avant trois mois ?

Cela a été un vrai déclic pour moi. J’ai réalisé que le travail était devenu la star de ma vie et j’ai décidé qu’il était temps de me remettre au coeur de mon existence.

J’ai compris que pour VIVRE PLEINEMENT ma vie, il me fallait TRAVAILLER MOINS, CONSOMMER MOINS, bref ETRE PLUS et NON AVOIR PLUS.

Le plus étonnant est que mon intuition me soufflait qu’au final j’aurais BEAUCOUP BEAUCOUP PLUS de tout ce qui permet de VIVRE MIEUX : PLUS de TEMPS, PLUS de LIBERTE et PLUS de PLAISIR.

Nous avons souvent l’impression, – et j’étais la première à le penser -, que le « principe de réalité » nous force à TRAVAILLER toujours PLUS et ne nous laisse aucun choix, car il nous faut AVOIR toujours PLUS d’argent pour PAYER toujours PLUS de choses.

Je pense aujourd’hui que ce n’est pas le principe de réalité qui nous amène dans cette spirale, mais NOS PEURS, et les (faux-) BESOINS que créent les messages publicitaires en nous.

Mon pari est que, comme je l’ai constaté moi-même, vous découvrirez vous aussi que vous gagnerez bien davantage en travaillant moins.

 

LESS IS MORE : TRAVAILLEZ MOINS POUR GAGNER (BEAUCOUP) PLUS ! 

12002033_466808440165622_6245795918406324028_nCar voilà TOUT CE QUE NOUS GAGNONS en travaillant moins :

  • + d’énergie, car ne serez plus exténué(e) par des journées interminables
  • + de sérénité, car vous aurez la possibilité de vous ressourcer
  • + d’enthousiasme à aller travailler le matin, car la répartition globale de votre temps sera mieux équilibrée et vous n’aurez plus le sentiment d’être « esclave » de votre travail
  • + d’efficacité et de créativité dans l’exercice de vos fonctions, car l’espace libre ainsi créé vous permettra d’être de nouveau en contact avec votre plein potentiel
  • + d’estime de vous, car vous aurez le temps de prendre soin de vous
  • + de patience et de tolérance avec vos enfants et/ou beaux(x)-enfant(s), car le stress lié à la course quotidienne nous rend à l’inverse très enclins à l’agacement (pour un rien)
  • + de glamour dans votre vie amoureuse, car vous serez psychiquement disponible à la rencontre affective et intime
  • + de réceptivité aux opportunités professionnelles, parce-que vous serez en mode « ouvert » et non « surbooké »
  • + de santé, car vous n’aurez plus besoin de compenser par de la nourriture grasse et trop sucrée les émotions négatives issues d’un rythme en flux tendu
  • + de fun, car vous aurez de la place pour vos amis et pour partager de bons moments avec eux
  • + de succès et d’aura auprès des autres, car nous aimons les personnes heureuses et épanouies qui sourient à la vie !
  • + de joie de vivre car vous aimerez véritablement votre vie au quotidien, et n’aurez plus besoin d’attendre la retraite ou de gagner au loto pour en profiter !!! 🙁

Alors si vous vous reconnaissez dans le type de personne dévouée corps et âme à son travail, – que vous soyez salarié(e) ou que vous ayez votre propre entreprise comme moi -, posez-vous cette simple question : Suis-je prêt(e) à VRAIMENT « KIFFER » MA VIE ?

Les années passent à toute allure et le temps perdu ne se rattrape plus. Remettez le travail à sa (juste) place, à savoir une source de réalisation parmi tout plein d’autres qui ne doit vous vider de votre énergie vitale en aucun cas !

Parce-que Vous êtes plus important(e) que votre job, plus important(e) que l’argent qu’il vous rapporte si c’est à votre détriment. VOUS ETES LA STAR DE VOTRE VIE.

 

Faites-vous du bien !

Joyeusement,

Carole M-G.

 

P.S : Bien sûr la surdose de travail n’est pas le seul « voleur de bonheur » et peut-être est-ce un autre domaine de votre vie ou aspect qui vous « bouffe », comme par exemple le fait de ne pas bien vous connaître, ou encore d’avoir une vie qui ne vous ressemble pas (l’un entraînant d’ailleurs l’autre), sur le plan personnel et/ou professionnel.

Dans ce cas, écrivez-moi et détaillez dans les commentaires ci-dessous quel est votre ou vos voleur(s) de bonheur à vous et j’aurai plaisir à y consacrer un(e) prochain(e) article ou vidéo. A tout bientôt <3

  2 comments for “Cà y est, c’est reparti pour un tour… Mais comment s’éviter un BURN-OUT cette année ?

  1. Imane
    8 septembre 2015 at 10:50

    Je passe mon temps à travailler ,beaucoup d engagement et de responsabilité ,mon fils son école les devoirs les patients …….je suis vraiment fatiguée de tout ça et surtout la peur de perdre mon travail ,que dois-je faire
    La plus par du temps j’essaye de me concentrer sur ce qui est important pour moi sa marche mais au fond de moi je suis triste
    Malheureusement chaque jour j’aide des gens à avoir un vie meilleure mais en contre partie c’est moi qui paye………

    • Carole M-G
      14 septembre 2015 at 7:58

      Bonjour Imane, et merci de l’immense confiance que vous me témoignez en vous ouvrant à moi sur un sujet aussi délicat.
      Le bien-être physique et moral des soignants est un thème peu traité et pourtant nombre de professions du soin ((thérapeutes, médecins, infirmiers,…) sont concernées par le burn-out. Je l’ai moi-même frôlé de très près et ai dû mettre en place de sérieux changements dans ma pratique pour sortir par le haut de ce qui aurait pu m’amener à un épuisement professionnel total.
      Je vous invite à remettre à plat à votre tour votre pratique, pour définir très précisément les limites que vous choisissez de vous fixer, et vos règles de fonctionnement, que ce soit vis à vous de vous-mêmes comme vis à vis de vos patients.
      Auparavant cependant, il vous faut travailler sur cette peur de perdre de votre travail dont vous me parlez, car elle vous parasite dans vos arbitrages et vous ne pourrez effectuer la restructuration nécessaire de votre activité sous l’emprise de cette peur.
      C’est un peu le chat qui se mord la queue : il vous faut diminuer le rythme mais la peur agit comme un dictateur qui vous tyrannise et exige de vous que vous travaillez toujours plus. C’est un cercle vicieux stérile et sans fin dont il vous faut sortir de toute urgence.
      Je serai ravie de vous y aider si vous ne vous en sentez pas la force et le discernement toute seule. Faites-vous en tous cas accompagnée si vous en avez besoin. Vous aussi avez le droit d’être aidée à avoir une vie meilleure !
      De tout coeur,
      Carole M-G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *